Geneviève Morissette

511 vues
SurnomLa Morissette
Date de naissance1978, Québec Canada
PaysQuébec
ActivitéAuteur-compositeur-interprète
Site officielhttp://genevievemorissette.com/
Facebookhttps://www.facebook.com/lamorissette/?fref=ts
Twitterhttps://twitter.com/gmorissette?ref_src=twsrc%5Etfw

La v’là qui débarque de son Québec Geneviève Morissette ou plutôt, « la Morissette ». Sa carrière artistique débute à l’âge de huit ans, la Morissette serait Cascadeuse au grand désespoir de sa mère qui la rêvait employée de banque, ou toiletteuse pour caribous. Son numéro favori consistait alors à dévaler l’escalier en tracteur, sans les mains, qu’elle réservait exclusivement à l’usage des gammes.

Geneviève Morissette aux Trois Baudets, Paris

Geneviève Morissette aux Trois Baudets, Paris

J’étais seule témoin privilégiée de ses prouesses d’alors. Elle me confiait tout, ses rêves, ses désillusions, ses mèches rebelles et puis un jour, l’intrépide Geneviève, qui n’était pas encore la Morissette, a franchi le seuil de sa chambre, bien décidée à faire d’la scène. Beaucoup de scène. Plus tard, à l’adolescence, après avoir eu l’occasion d’exercer sa voix au fil de cascades plus au moins réussies, elle hérite d’un vinyl de Janis Joplin dont elle adopte illico le style capillaire. C’est la révélation. Elle serait chanteuse sur glace, et c’est en effet devant l’miroir qu’elle s’exerce en cachette, pendant des années.

Des scènes de concours québécois comme le Festival de la chanson de Granby où elle s’est distinguée avec quatre prix dont le celui des rencontres d’Astaffort dirigé par Francis Cabrel. C’est d’ailleurs là qu’elle croise Oldelaf avec qui elle compose un duo et Emilie Marsh qui devient plus tard, la directrice musicale de son groupe rock. La Morissette marche fièrement sur les traces de ses parents : Robert Charlebois et Diane Dufresne.Tout fraichement débarquée à Paris au début de l’année 2015 avec sa valise, (et moi) avec la ferme intention de mettre ses maudits cousins à genoux, la Morissette petit à petit a fait son nid.

Geneviève Morissette avec son groupe aux Trois Baudets, Lancement d’album , Paris.

J’étais là, quelque part, dans la foule à l’Olympia en juin 2014 lorsque Lynda Lemay l’a invitée à la rejoindre sur scène pour chanter en rappel de ses concerts . Je l’ai vue fébrile, avancer vers la scène, saisir le micro (j’étais un peu jalouse) puis en un instant se métamorphoser en showgirl flamboyante. La chanteuse avait pris le pouvoir, offrant ce qu’elle a de meilleur, sa fougue, sa gaucherie désarmante, sa parlure ben québécoise assumée, sa sincérité et sa voix..quelle voix…Elle était là tout’ nu d’vant nous et j’ai vu le public tomber en amour, tout de suite, inconditionnellement.

Elle ne devait rester que deux semaines à Paris, mais n’est jamais repartie, couvant son premier album, qui porte la double citoyenneté ! Enregistré à Montréal devant public et à Paris, il a été réalisé par l’artiste québécois Antoine Gratton et quelques titres ont été enregistrés au studio Le Garage avec la précieuse collaboration de Bernard Natier. J’ai toujours été proche de Geneviève à chaque étape de sa vie. Je lui ai tenu la main lorsqu’elle était au bord des larmes, je l’ai rassurée quand elle doutait. Aujourd’hui, je te la confie. Prends en grand soin, C’est une artiste vibrante, sensible et généreuse. Tu ne le sais pas encore mais tu es toute sa vie.
Merci,
Sa brosse à cheveux

 

Source : Wikipedia

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article